Prises de notes (les supports)

Je profite d’une courte pause (un entre-deux) pour évoquer la manière dont les étudiants de L1 prennent les notes. Il s’agit évidemment d’un sondage scientifique «à la vue», apprécié de manière rigoureusement pifométrique. On rappellera toutefois qu’il s’agit d’un amphi de juristes (même débutants), ce qui appellerait des études plus fouillées selon la catégorie socio-professionnelle des familles qui varie en fonction du lieu et de la discipline.

Lire la suite

Premier jour d’étudiant: dense et tonique!

(Eole99/Wikimedia Commons)

Ça y est, on y est: c’était la première journée, vraie journée, d’étudiant: celle des premiers cours. Quatre heures trente en trois fois une heure trente coupés à chaque fois de dix minutes. Un peu moins de cinq heures au total, denses mais pas à l’excès, bien plus supportable du reste que les abominables stridulations de la sonorisation (neuve) de l’amphi Carcassonne lors de la deuxième séquence…

Lire la suite

J’ai reçu mon (premier) manuel

2015-0912_Cohen-et-alii-320Lors de la journée d’accueil, une suggestion fut faite de lire une Introduction au droit… mais c’était pour une assemblée composée aux neuf dixièmes d’apprentis juristes. Même si la formation a une forte composante juridique, attendons un peu…

En revanche, pour les «politistes», dans la deuxième partie, un manuel nous fut spécifiquement conseillé comme susceptible au demeurant de nous accompagner tout au long de la licence: le Nouveau Manuel de science politique publié sous la direction d’Antonin Cohen, Bernard Lacroix et Philippe Riutort. Je l’ai commandé et reçu rapidement. Mais cela appelle évidemment quelques commentaires de ma part avant même que des indications ne soient apportées, le cas échéant, in situ (j’entends par là Nanterre, évidemment).

Lire la suite

Exit latinitas (cette année)

2015-0907_GaffiotJe m’étais dit que je me remettrais au latin à la retraite. Par plaisir après plus de quarante-cinq ans d’interruption (mon dernier cours de latin, en 3e, remonte à juin 1969…).

J’avais donc été heureux de découvrir que l’université proposait des modules progressifs de langues anciennes (d’initiation à traduction), avec, pour le cours m’intéressant (une reprise ab ovo, évidemment), une plage unique «libre» le vendredi après-midi.

Pour tout dire, j’avais imprimé le descriptif, le formulaire et, le jour même des inscriptions pédagogiques (le 27 août), j’étais allé jusqu’à l’UFR de lettres dans le bureau idoine… encore dans les travaux de peinture. Motivé, je l’étais, pour prendre une douche imprévue mais glacée alors que j’étais en tenu estivale… J’ai même acquis le Gaffiot en version abrégée (autorisée pour les examens locaux), mais…

Mais à la réflexion, une fois mon emploi du temps obligatoire mis en forme sur l’agenda, je me suis rendu compte que je n’avais pas de journée libre. Eussé-je été un simple étudiant, même retraité, ce n’aurait pas été un problème. Mais j’ai d’autres activités… et quelques travaux à venir, dont une étude que j’évoquerai sans doute ici, mais qui s’annonce lourde… Tout cela nécessite que je puisse me libérer en continu sur une journée ouvrée.

La raison conduit au renoncement. Hélas! Je ne puis, même pour servir les hommes ainsi que le recommandait le sympathique Jérôme Coignard, rejeter toute raison comme un bagage embarrassant et [m’]élever sur les ailes de l’enthousiasme.

J’ai toujours le Gaffiot. Le projet aussi… mais pas pour cette année.

De la fiche d’inscription à l’emploi du temps et aux évaluations

Source: Romary / Wikimedia CommonsAvoir son contrat pédagogique pour l’année (les cours et groupes de TD pour les deux semestres) est une chose. Voir comment cela se calera dans l’emploi du temps et comment cela fonctionne en est une autre. La règle du jeu est distillée petit à petit, le site de la fac (pour le coup, au sens facultaire) n’offrant pas toute l’information nécessaire au moment de l’inscription pédagogique.

C’est après quelques jours, en furetant sur le site (toujours fureter régulièrement sur le site de son UFR), en évitant les chausses-trappes de liens périmés) que j’ai trouvé les petits compléments qui me manquaient au fil du temps: le site de l’UFR (Unité de formation et de recherche) s’actualise progressivement.

Lire la suite

Les inscriptions pédagogiques vues (d’abord) du couloir

ClésLe 27 août 2015, à partir de neuf heures et des broquilles, nous sommes une quinzaine dans le couloir du deuxième étage du bâtiment F près de la porte encore fermée de la salle 201. C’est le jour des inscriptions pédagogiques (voir ici et ) et, si nous en avons une plus ou moins vague idée selon le cas, pèse cette incertitude relativement mais pas exagérément désagréable de ne pas avoir toutes les clés en main.

Lire la suite

Inscriptions pédagogiques: J–2

2015-0825_saut2L’inscription universitaire devient définitive lorsque, à la suite de l’inscription administrative (en juillet), on procède aux inscriptions pédagogiques (choix des matières à option, groupes de TD étoussa je pense). Mais entre J–3 (il y a deux jours) et J–2 (aujourd’hui), ça ressemble à une course d’obstacles surprise…

2015-0825-reinscr

Courriel reçu ce matin. Décryptage : Lire la suite

Inscriptions pédagogiques : J–3

L’inscription administrative n’est qu’une première étape que les inscriptions pédagogiques doivent confirmer et valider. La procédure s’effectuera, cette année, en ligne, à partir du 26 août en principe. En principe parce que, comme les serveurs de la SNCF à la veille des grands départs, ceux de l’université pourraient bien être victimes de surcharge… Mais, même si seuls les informaticiens pensent que c’est une science exacte (alors que, selon les cas, l’humeur des circuits et les aléas des programmes, elle peut relever de la poésie surréaliste ), il faudra faire avec (plutôt que sans). Lire la suite